L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La grande vadrouille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: La grande vadrouille.   Ven 30 Oct - 0:03

"La Grande Vadrouille" de Gérard Oury a été le film français le plus populaire pendant plus de 40 ans, détrôné il y a peu par l'insignifiant "Les Chtis". Rolling Eyes

Bref, ce qui m'amène à évoquer ici le film culte est une interrogation.
Le film a-t-il été si populaire à sa sortie (1966)et après, parce qu'il réunissait Bourvil et De Funès une nouvelle fois, après Le corniaud ?

Ou bien parce qu'il confrontait les Français avec ce passé assez dérangeant : la Seconde Guerre Mondiale, et en particulier, l'Occupation, mais, pour une fois, dans le registre comique, une sorte de banalisation de cette époque ?

Les années 1950 furent à cet égard difficiles pour l'opinion publique, dont les lois d'amnistie en 51 et 53 (si je ne me trompe pas) allaient vider quelques cellules, de grands et de petits "collabos".
Même le Général de Gaulle, au début des 50's trouvait absurde le maintien en détention du maréchal.

Peut-on penser que le travail d'amnésie collective, qui, sous l'action de De Gaulle à partir de 1958-59, n'a retenu que les actions héroïques de la Résistance, trouve son point d'orgue au milieu des 60's, avec l'avènement de la banalisation, voire de la dédramatisation des années noires, véhiculée notamment par La Grande Vadrouille, suivie ensuite d'autres films de moindre importance comme La 7è compagnie, les Bidasses etc...?

En résumé, le films de G. Oury illustre-t-il son époque par le regard qu'il livre sur l'Occupation ?

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin
avatar

Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   Ven 30 Oct - 21:51

Faut faire attention aux chiffres !

La grande vadrouille c'est 17,5 millions de spectateurs pour 49 millions de français ! Soit environ un ratio de 36 %

Le film qui a reçu le Pernault d'Or c'est 20, 3 millions de spectateurs pour 64 millions de français ! Soit environ un ration de 32 % ! Et de ce total il faudrait enlever tous les narcissiques du Nord Pas de Calais qui sont allés voir le film 10 fois soit plus de 2 millions d'entrées...

La Grande vadrouille c'est vraiment le film qui démontre que l'on peut rire de tout à condition de respecter un certain délais. Il y a tout le marché noir, la résistance, la lâche collaboration, l'occupation, les bombardements alliés sur les villes françaises...

Alors bien sur, on peut dire qu'il y a une atténuation de la violence, qu'il n'y a pas d'évocation de la déportation ou du maréchalisme...

Mais tout de même, voilà deux français qui "résistent" par la force des choses et non par une volonté propre et réfléchie...

L'un est le chef d'orchestre d'un philharmonique qui s'apprête à jouer en l'honneur d'un chef SS, il cache les produits du marché noir dans sa loge et il n'accepte d'aider l'aviateur anglais que pour éviter les ennuis. Comme il le dit si bien : "Moi aussi ! Ils peuvent vous torturer je ne parlerai pas ! "

L'autre est un simple peintre en bâtiment qui arrange la façade d'un immeuble SS... Qui fuit avec un aviateur anglais car les allemands lui tirent dessus et qui participent à l'exfiltration des alliés car il est amoureux de la fille du Guignol...

Bon bien sûr pas de course poursuite avec la police française et pas de dénonciation franco-française ( Scène que l'on retrouve dans la 7eme compagnie lorsque le marchand refuse de donner de la nourriture aux soldats français et cèdent tout, même le saucisson A L'AIL, aux français déguisés en Allemands.

Ces films là sont moins manichéens que cela. Lorsqu'on voit que la comédie La vie est belle a fait scandale on s'aperçoit que le cinéma de genre comique doit attendre parfois longtemps pour avoir le droit de s'emparer d'un thème précis.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   Sam 31 Oct - 1:36

Mais est-ce le contexte (le milieu des années 60 et l'action de De Gaulle sur la mémoire collective...et sélective) qui intervient dans le succès du film, ou simplement le binôme Bourvil-De Funès ?

Si après Le Corniaud (11 740 438 entrées, j'ai cherché un peu pour trouver les chiffres ! Laughing), l'action avait réuni une nouvelle fois le duo au milieu des 60's plutôt qu'en 1942, y aurait-il eu le même succès ?
Difficile à dire.

En tous cas, on peut quand même dire que 1942 n'a pas été une époque repoussoir ! L'oubli collectif qui a refoulé le souvenir de Vichy, des déportations, des LVF etc...a trouvé sans doute dans La Grande Vadrouille l'occasion d'une purge tout aussi collective, dans le rire, dans l'humour.

Mais à y regarder de plus près...Oury ne présente-t-il le Français moyen "légèrement" couard ?
Comme tu l'as dit, il n'aide les Anglais que pour sauver sa propre peau.
L'élite (De Funès) apparaît plutôt collaborationniste, et sa "révolte" contre l'interruption de sa répétition n'est due qu'au tempérament volcanique du chef d'orchestre plus qu'à une rébellion de principe contre l'occupant.

Quand Oury a imaginé ces personnages, taillés sur mesure pour ses vedettes, n'a-t-il pas aussi dessiné une réalité peu reluisante de la France coupée en deux ?
...Quelque part entre résignation et simple survie ?
D'ailleurs, la part faite aux femmes est à ce titre exemplaire : ce sont elles les plus courageuses, les plus avancées dans la "Résistance" : "la fille du guignol", la patronne de l'hôtel, chef d'un réseau de passeurs, la religieuse.
Nombre de femmes furent en effet membres des réseaux ou par des actions isolées, cachaient des Alliés, des Juifs, quand elles ne faisaient pas carrément de l'espionnage grâce à des emplois administratifs...

Le registre comique oblige à l'exagération ou à l'euphémisme (je ne suis pas certain que ce dernier soit bien choisi. Aude confirmera ou infirmera !
Wink )
Je pense en particulier à la phrase dite par Bourvil à De Funès à propos du partage de la couche pour la nuit : "Allons Stanislas...ça fait parti des horreurs de la guerre !"
Dans la Grande Vadrouille, les horreurs de la guerre réside dans le fait pour deux hétérosexuels de devoir partager le même lit !

Tout le monde peut comprendre bien sûr que cela n'est pas une, d'où l'effet comique.

Le spectateur de 1965 pouvait donc rire des années noires. ON peut rire de tout mais pas avec n'importe qui disait Desproges.
Mais aurait-il ri aussi si nos deux compères étaient deux pieds-noirs d'Algérie en 1962 ?
Ou deux colons français en Indochine en 1953-54 ?

Il est vrai que 20 ans, l'espace d'une génération, était au moins nécessaire avant qu'Oury puisse tourner son film, mais "l'histoire quasi officielle" avait bien préparé le terrain, au contraire des plaies de Dien Bien Phu et de celles que portaient encore les rapatriés d'Algérie.

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Pascale

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 57
Localisation : Jérusalem
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   Dim 3 Jan - 22:21

Petite erreur dans le film.
Il n existait pas à l époque les lignes blanches.

Je le considère comme un des chefs d oeuvre du cinéma français.
Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   Dim 3 Jan - 22:23

Ah oui ? Je l'ignorais ?
Et de quand datent-elles ?

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Pascale

avatar

Nombre de messages : 92
Age : 57
Localisation : Jérusalem
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   Lun 4 Jan - 17:16

stef a écrit:
Ah oui ? Je l'ignorais ?
Et de quand datent-elles ?
Désolée, je ne sais pas.
Mais quand on regardait le film, mon paternel disait toujours
c est une erreur, en 40, il n y avait pas de lignes blanches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande vadrouille.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande vadrouille.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oraux d'histoire des arts : quomodo?
» Présentation de Harbart.
» Reportage sur les petites combines de la grande distribution
» Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney Curé d'Ars et commentaire du jour "Femme, ta foi est grande"
» «La grande inspiratrice de ce monde, c'est la mort»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Espace Détente :: Loisirs-
Sauter vers: