L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Série du Figaro sur les empoisonneurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 15:53

http://www.lefigaro.fr/reportage/20070717.FIG000000024_les_empoisonneurs.html

Le Figaro publie un article tous les jours sur les grands empoissoneurs de l'histoire ! Après Aggripine, voici la terrible Marquise de Brnvilliers... brrrrrrrrrrrr Laughing

Juste l'intro pour vous faire saliver, enfin non parce que c'est un des signes de l'empoisonnement !
Citation :

La très séduisante marquise de Brinvilliers fut une meurtrière d'une férocité, d'une efficacité et d'un cynisme qui confinent à la folie. Son histoire, à l'origine de la fameuse affaire des Poisons qui épouvanta au XVIIe siècle, surpasse celle du marquis de Sade, dont elle aurait d'ailleurs pu être une héroïne. De celles qui considèrent l'assassinat, surtout s'il est intéressé et impuni, comme une volupté des plus savoureuses.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 16:08

Lettres de Madame de Sévigné évoquant l'affaire :

A Paris, mercredi 29 avril [1667].

Mme de Brinvilliers n’est pas si aise que moi : elle est en prison, elle se défend assez bien; elle demanda hier à jouer au piquet, parce qu’elle s’ennuyait. On a trouvé sa confession; elle nous apprend qu’à sept ans elle avait cessé d’être fille; quelle avait continué sur le même ton; qu’elle avait empoisonné son père, ses frères, et un de ses enfants, et elle-même; mais ce n’est que pour essayer d’un contre-poison : Médée n’en avait pas tant fait. Elle a reconnu que cette confession était de son écriture; c’est une grande sottise; mais qu’elle avait la fièvre chaude quand elle l’avait écrite, que c’était une frénésie, une extravagance, qui ne pouvait pas être lue sérieusement.

A Paris, vendredi 1er mai.

On ne parle ici que des discours, et des faits et gestes de la Brinvilliers. A-t-on jamais vu craindre d’oublier dans sa confession d’avoir tué son père ? Les peccadilles qu’elle craint d’oublier sont admirables. Elle aimait ce Sainte-Croix, elle voulait l’épouser, et empoisonnait fort souvent son mari à cette intention. Sainte-Croix, qui ne voulait point d’une femme aussi méchante que lui, donnait du contre-poison à ce pauvre mari; de sorte qu’ayant été ballotté cinq ou six fois de cette sorte, tantôt empoisonné, tantôt désempoisonné, il est demeuré en vie, et s’offre présentement de venir solliciter pour sa chère moitié :on ne finirait point toutes ces folies.
A Paris, vendredi 3 juillet

L’affaire de la Brinvilliers va toujours son train. Elle empoisonnait de certaines tourtes de pigeonneaux, dont plusieurs mouraient qu’elle n’avait point dessein de tuer. Le chevalier du guet avait été de ces jolis repas, et s’en meurt depuis deux ou trois ans. Elle demandait l’autre jour s’il était mort; on lui dit que non; elle dit en se tournant : « Il a la vie bien dure. »

A Paris, vendredi 10 juillet.

On a confronté Penautier à la Brinvilliers; cette entrevue fut fort triste : ils s’étaient vus autrefois plus agréablement. Elle a tant promis que, si elle mourait, elle en ferait bien mourir d’autres, qu’on ne doute point qu’elle n’en dise assez pour entraîner celui-ci, ou du moins pour lui faire donner la question, qui est une chose terrible. Cet homme a un nombre infini d’amis d’importance, qu’il a obligés dans les deux emplois qu’il avait. Ils n’oublient rien pour le servir; on ne doute pas que l’argent ne se jette partout; mais s’il est convaincu, rien ne le peut sauver...

A Paris, ce vendredi 17 juillet.

Enfin c’en est fait, la Brinvilliers est en l’air. Son pauvre petit corps a été jeté, après l’exécution, dans un fort grand feu, et les cendres au vent, de sorte que nous la respirerons, et par la communication des petits esprits, il nous prendra quelque humeur empoisonnante, dont nous serons tous étonnés. Elle fut jugée dès hier ; ce matin, on lui a lu son arrêt, qui était de faire amende honorable à Notre-Dame et d’avoir la tête coupée, son corps brûlé, les cendres au vent.

On l’a présentée à la question; elle a dit qu’il n’en était pas besoin, et qu’elle dirait tout. En effet, jusqu’à cinq heures du soir elle a conté sa vie, encore plus épouvantable qu’on ne le pensait. Elle a empoisonné dix fois de suite son père (elle ne pouvait en venir à bout), ses frères et plusieurs autres ; et toujours l’amour et les confidences mêlés partout. Elle n’a rien dit contre Pennautier.

Après cette confession, on n’a pas laissé de lui donner, dès le matin, la question ordinaire et extraordinaire; elle n’en a pas dit davantage. Elle a demandé à parler à Monsieur le procureur général; elle a été une heure avec lui. On ne sait point encore le sujet de cette conversation.

A six heures on l’a menée, nue en chemise et la corde au cou, à Notre-Dame faire l’amende honorable. Et puis on l’a remise dans le même tombereau, où je l’ai vue, jetée à reculons sur de la paille, avec une cornette basse et sa chemise, un confesseur auprès d’elle, le bourreau de l’autre côté ; en vérité, cela m’a fait frémir. Ceux qui ont vu l’exécution disent qu’elle a monté` sur l’échafaud avec bien du courage. Pour moi, j’étais sur le pont Notre-Dame avec la bonne d’Escars; jamais il ne s’est vu tant de monde, ni Paris si ému ni si attentif. Et demandez-moi ce qu’on a vu, car pour moi je n’ai vu qu’une cornette, mais enfin ce jour était consacré à cette tragédie. J’en saurai demain davantage, et cela vous reviendra…
A Paris, mercredi 22 juillet

…Encore un petit mot de la Brinvilliers : elle est morte comme elle a vécu, c’est-à-dire résolument. Elle entra dans le lieu où l’on devait lui donner la question, et voyant trois seaux d’eau : « C’est assurément pour me noyer, dit-elle, car de la taille dont je suis, on ne prétend pas que je boive tout cela. ».

Elle écouta son arrêt, dès le matin, sans frayeur ni sans faiblesse; et sur la fin, elle le fit recommencer, disant que ce tombereau l’avait frappée d’abord, et qu’elle en avait perdu l’attention pour le reste. Elle dit à son confesseur, par le chemin, de faire mettre le bourreau devant elle, « afin de ne point voir, dit-elle, ce coquin de Desgrez qui m’a prise » ; il était à cheval devant le tombereau. Son confesseur la reprit de ce sentiment; elle dit : « Ah, mon Dieu ! je vous en demande pardon; qu’on me laisse donc cette étrange vue ». Et monta seule° et nu-pieds sur l’échelle et sur l’échafaud, et fut un quart d’heure mirodée, rasée, dressée et redressée, par le bourreau; ce fut un grand murmure et une grande cruauté.

Le lendemain on cherchait ses os, parce que le peuple disait qu’elle était sainte. Elle avait, disait-elle, deux confesseurs : l’un disait qu’il fallait tout dire, et l’autre non ; et elle de cette diversité; disant : « Je peux faire en conscience tout ce qu’il me plaira. » Il lui a plu de ne rien dire du tout. Pennautier sortira un peu plus blanc que de la neige ; le public n’est point content; on dit que tout cela est trouble.

Admirez le malheur : cette créature a refusé d’apprendre ce qu’on voulait, et a dit ce qu’on ne demandait pas. Par exemple elle dit que M. Foucquet avait envoyé Glaser, leur apothicaire empoisonneur, en Italie, pour avoir d’une herbe qui fait du poison; elle a entendu dire cette belle chose à Sainte-Croix. Voyez quel excès d’accablement et quel prétexte pour achever ce misérable. Tout cela est bien suspect. On ajoute encore bien des choses, mais en voilà assez pour aujourd’hui.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Victoire-Adélaïde



Nombre de messages : 1096
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 18:03

L'article sur Agrippine était fort intéressant en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 18:50

Sur la Brinvilliers, je vous conseille le livre de Quétel "Une ombre sur le roi soleil". Il décrit très bien toute l'enquête, depuis la mort de Sainte Croix, qui incrimina directement la marquise, du fait de documents très compromettants sur la marquise.
Madame de Sévigné n'avait pas tort lorsqu'elle disait: "il nous prendra quelque humeur empoisonnante, dont nous serons tous étonnés"...

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 18:51

Merci pour l'article, cher jumeau! sunny

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 19:31

Camille, sais-tu quand a débuté cette série sur les empoisonneurs, et combien de temps elle doit durer?

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 19:40

Hier, lundi avec aggripine !

http://www.lefigaro.fr/reportage/20070716.FIG000000102_les_empoisonneurs.html

Par contre comme c'est un sujet de l'été je suppose qu'il doit être limité à une semaine !

Je n'ai pas le journal papier mais je consulte tous les jours les différents quotidiens nationaux et pour l'histoire Le Figaro est le plus présent !

Je me souviens qu'il y a quelques années le Monde faisait de même, avec de nombreuses séries historiques d'été !

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Victoire-Adélaïde



Nombre de messages : 1096
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 19:55

Hier, non? Pour une semaine je crois... mais cela reste à vérifier (je ne suis pas abonnée à ce journal, j'ai lu l'article sur Agrippine chez un tiers).
Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 20:21

Plus "historiquement" parlant , le cas de la Marquise de Brinvilliers vous inspire quoi ?

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 20:38

La Brinvilliers est la première qui fut vraiment découverte en tant qu'empoisonneuse... Sa cupidité l'a perdu, mais elle n'était pas une "professionnelle". Sans ses complices, aurait-elle été au bout? Sainte Croix, son amant, avait besoin d'argent, elle était amoureuse, l'argent est le seul moyen qu'elle a trouvé pour le garder. Quand Sainte Croix est mort, elle savait que des preuves l'accablant seraient découvertes. Fuir vers l'Angleterre était une bonne stratégie. Se replier ensuite vers les Pays Bas n'était pas un bon choix, dans le contexte de Campagnes de Louis XIV. Il y avait trop de preuves contre elle, elle n'avait même pas besoin d'avouer. Louis XIV voulait que cette enquête soit menée à bien rapidement et que la Brinvilliers soit punie, malgré son rang.

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 20:53

Malgré ces aveux elle a connu la question ordinaire et extraordinaire... affraid affraid affraid


_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 21:01

Elle a connu la question extraordinaire à l'eau (8 pots de 2L d'eau). Elle a avoué juste avant, mais même dans ce cas-là, le châtiment était exécuté.avant la sentence finale...

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 22:38

Passionnants articles, merci !!!
J'ai particulièrement apprécié celui traitant d'Agrippine ! qui rappela, en outre, mon cher Sénèque, de l'exil...connaissant un peu mieux le "cas" de la Brinvilliers Laughing
Merci de tes précisions, chère Estelle !
Revenir en haut Aller en bas
Victoire-Adélaïde



Nombre de messages : 1096
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 23:16

Après, il faut peut-être regarder aussi la psychologie de la marquise, puisqu'il semble (selon Petitfils je crois) qu'elle ai subit de violents outrages étant jeune...

Je n'en sais malheureusement pas plus sur elle, merci Estelle, pour toutes ces précisions. Wink Sait-on si elle a tué sa soeur, oU si ce ne fut qu'une vaine tentative?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mar 17 Juil - 23:20

Il semble que ce ne fût qu'une tentative... Elle chercha à supprimer d'autres personnes encore...
Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mer 18 Juil - 9:41

J'ai relevé 2 petites erreurs dans cet article. Le journaliste écrit: "c'est d'abord ses deux frères qui vont y goûter. Et l'on y goûte qu'une fois". Ceci est faux. La marquise est trop intelligente pour administrer une seule et forte dose de poison, qui se remarquerait à l'autopsie. Elle avait un complice, dénommé "La Chaussée", qu'elle mit au service de son premier frère, puis du second. Celui-ci, employé aux cuisines, n'avait aucun mal à administrer chaque jour une dose de poison. Ceci a duré plusieurs mois (6 ou 7 mois).
En compensation, la Brinvilliers payait en "nature", bien sûr, et signait aussi des reconnaissances de dettes à Sainte Croix.

2ème petite erreur: "Sainte Croix commence à s'inquiéter de la folie meurtrière de sa belle". Sainte Croix est au courant depuis le début, puisque lui même l'a incité, toujours dans un souci pécunier. Il manipulait parfaitement les poisons. C'est lui qui a convaincu la marquise d'empoisonner son mari, et il l'accompagnait aux "cours" que donnait Glaser. Mais après le décès des 2 frères, Sainte Croix n'aime déjà plus Marie Madeleine. Elle-même a aussi des amants. Elle sait aussi que Sainte Croix peut la faire chanter puisqu'il possède ses reconnaissances de dettes, et des lettres qui la compromettent . Ce sont ces documents qui sont contenus dans la fameuse cassette. Sainte Croix avait prévenu la marquise que s'il devait mourir prématurément, la cassette serait remise aux autorités.
Lorsque Sainte Croix est mort, on a cru d'abord à l'empoisonnement. Puis on a supposé qu'il avait inhalé un poison lors de ses expériences. Finalement, il serait mort d'une maladie. A l'annonce de sa mort, la marquise a bien sûr pensé à la cassette, et a envoyé La Chaussée chez Sainte Croix pour la récupérer, mais la police était déjà sur les lieux. Ensuite, elle a essayé de soudoyer des officiers de police, comportement insistant qui ne joua pas en sa faveur... C'est alors qu'elle a fui vers l'Angleterre, puis vers les Pays Bas, où elle s'est réfugié dans un couvent, grâce à l'aide de sa soeur.

Concernant sa soeur, si elle a pensé à l'empoisonner, elle n'a pas été au bout de son idée. La marquise a tué son père pour avoir l'héritage. Mais le partage était difficile puisqu'il restait 2 frères et une soeur. Cependant, sa soeur étant dans un couvent, Marie Madeleine savait que l'argent ne l'intéressait pas. Restait donc à se débarrasser des 2 frères.

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mer 18 Juil - 16:29

Intéressantes précisions. Wink

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Victoire-Adélaïde



Nombre de messages : 1096
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Mer 18 Juil - 20:32

Merci beaucoup! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin


Nombre de messages : 2408
Age : 39
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Jeu 19 Juil - 9:01

De rien! Vous savez que ce sujet me passionne! Wink

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Série du Figaro sur les empoisonneurs   Aujourd'hui à 19:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Série du Figaro sur les empoisonneurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Figaro "article" relatif aux ovnis dirigé et railleur!?
» Voici ce qu'on lisait dans le Figaro il y a 24 ans
» article positif aussi!!! vgr dans le figaro du 14/ 01/ 09
» le figaro: Pourquoi ne voit on pas les Extraterrestres?
» Le Figaro: l'enseignement professionnel en danger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Actualités :: Articles Historiques-
Sauter vers: