L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Robert Desnos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 9:33

Je ne résiste pas à suggérer Robert Desnos, le "prince du surréalisme"...



Les espaces du sommeil

Dans la nuit il y a naturellement les sept
merveilles
du monde et la grandeur et le tragique et le
charme.
Les forêts s'y heurtant confusément avec des
créatures de légende cachées dans les fourrés.
Il y a toi.

Dans la nuit il y a le pas du promeneur
et celui de l'assassin et celui du sergent de ville
et la lumière du réverbère
et celle de la lanterne du chiffonnier.
Il y a toi.

Dans la nuit passent les trains et les bateaux
et le mirage des pays où i il fait jour.
Les derniers souffles du crépuscule
et les premiers frissons de l'aube.
Il y a toi.

Un air de piano, un éclat de voix
Une porte claque. Une horloge.
Et pas seulement les êtres et les choses et les
bruits matériels.
Mais encore moi qui me poursuis ou sans cesse
me dépasse.
Il y a toi l'immolée, toi que j'attends.

Parfois d'étranges figures naissent
à l'instant du sommeil et disparaissent.
Quand je ferme les yeux,
des floraisons phosphorescentes apparaissent
et se fanent et renaissent comme des feux
d'artifice charnus.
Des pays inconnus que je parcours en compagnie
de créatures.
Il y a toi sans doute, ô belle et discrète espionne.

Et l'âme palpable de l'étendue.
Et les parfums du ciel et des étoiles
et le chant du coq d'il y a deux mille ans
et le cri du paon dans des parcs en flamme et
des baisers.

Des mains qui se serrent sinistrement dans une
lumière blafarde
et des essieux qui grincent sur des routes
médusantes.
Il y a toi sans doute que je ne connais pas,
que je connais au contraire.

Mais qui, présente dans mes rêves,
t'obstines à s'y laisser deviner sans y paraître.
Toi qui restes insaisissable
dans la réalité et dans le rêve.

Toi qui m'appartiens de par ma volonté
de te posséder en illusion
mais qui n'approches ton visage du mien
que mes yeux clos aussi bien au rêve qu'à la
réalité.

Toi qu'en dépit d'un rhétorique facile
où le flot meurt sur les plages,
où la corneille vole dans des usines en ruine,
où le bois pourrit en craquant sous un soleil de
plomb.

Toi qui es à la base de mes rêves
et qui secoues mon esprit plein de
métamorphoses
et qui me laisses ton gant quand je baise ta
main.
Dans la nuit il y a les étoiles
et le mouvement ténébreux de la mer,
des fleuves, des forêts, des vvilles, des herbes,
des poumons de millions et millions d'êtres.

Dans la nuit il y a les merveilles du monde.
Dans la nuit il n'y a pas d'anges gardiens
mais il y a le sommeil.
Dans la nuit il y a toi.

Dans le jour aussi.

Robert Desnos.....



Un petit second, un peu moins long.....

J'ai tant rêvé de toi.

J'ai tant rêvé de toi
que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps
vivant et de baiser
sur cette bouche la naissance de la voix qui
m'est chère ?

J'ai tant rêvé de toi
que mes bras habitués en étreignant ton
ombre
à se croiser sur ma poitrine
ne se plieraient pas au contour de toin
corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui
me hante et me gouverne depuis des jours
et des années,
je deviendrais une ombre sans doute.
Ô balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi
qu'il n'est plus temps sans doute que je
m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes
les apparences de la vie et de l'amour et
toi,
la seule qui compte aujourd'hui pour moi, je
pourrais moins toucher ton front et des
lèvres que les premières lèvres et le
premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi,
tant marché, parlé, couché avec ton
fantôme
qu'il ne me reste plus peut-être,
et pourtant, qu'à être fantôme parmi les
fantômes et plus ombre cent fois que
l'ombre qui se promène et promènera
allégrement sur le cadran solaire de ta vie.

Robert Desnos.


Dernière édition par Aude le Jeu 26 Nov - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 9:40

Merci, voici une lecture agréable pour commencer la journée. Merci, chère Aude.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Genovefa



Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 9:41

Bonjour chère petite Aude

Avouerai-je Embarassed Embarassed Je ne connaissais pas ce poète, c'est très beau très triste Sad

Moins de lyrisme que chez Hugo, mais autant d'amour pour les disparus.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 9:52

Bonjour à tous !

Ma petite et chère Geno, peut-être le pauvre Robert, ne recherchait-il pas le lyrisme.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Genovefa



Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 10:04

Citation :
peut-être le pauvre Robert, ne recherchait-il pas le lyrisme....

Sans doute, Aude, mais cela m'émeuvra toujours de voir que certains poètes peuvent garder autant d'émotion retenue et l'exprimer avec autant d'élégance... mais j'avoue que je lis relativement peu de poèmes. Hugo, Baudelaire, Verlaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Desnos   Mar 27 Mar - 10:35

Geno, peut-être as-tu déjà écouté Ferrat chanter "Robert le diable" ?

Si ce n'est fait, je me permets de t'engager fortement à entendre ce poème dédié à Desnos par Aragon, et interprété avec brio, ("à mon sentiment") par Ferrat.....sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny sunny

Je trouve que Ferrat interprète "faramineusement" bien Aragon....sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Desnos   Ven 20 Avr - 14:20

Ce coeur qui haïssait la guerre


Ce coeur qui haïssait la guerre
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce coeur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.



Mais non, c'est le bruit d'autres coeurs, de millions d'autres coeurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces coeurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce coeur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Francais se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces coeurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

[ Extrait de
L'honneur des Poètes (Minuit, 1946) et repris
dans "Domaine Public" par Poésie/Gallimard ]

Robert Desnos


Dernière édition par Aude le Jeu 26 Nov - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied


Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Robert Desnos   Jeu 26 Nov - 11:26

J'ai tant rêvé de toi

J'ai tant rêvé de toi
que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant et de baiser
sur cette bouche la naissance de la voix qui m'est chère?


J'ai tant rêvé de toi
que mes bras habitués en étreignant ton ombre
à se croiser sur ma poitrine
ne se plieraient pas au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante et me gouverne depuis des jours et des années,
je deviendrais une ombre sans doute.

O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi
qu'il n'est plus temps sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie et de l'amour et toi,
la seule qui compte aujourd'hui pour moi, je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venu.


J'ai tant rêvé de toi,
tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
qu'il ne me reste plus peut-être,
et pourtant, qu'à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois que l'ombre qui se promène et se promènera allégrement sur le cadran solaire de ta vie.

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Desnos   Jeu 26 Nov - 16:15

Voici un lien permettant d'écouter "Robert le diable" d'Aragon, interprété par Ferrat.

http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&ct=res&cd=1&ved=0CAcQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.deezer.com%2Ffr%2Fmusic%2Fjean-ferrat%2Fferrat-chante-aragon-vol-1-250131&rct=j&q=deezer+ferrat+robert+le+diable+&ei=PowOS5roCpOk4Qb095GJAg&usg=AFQjCNGL1rO-dldfeb0KlwlfTcqz7jCyAg
Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied


Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Robert Desnos   Jeu 26 Nov - 21:09

Je dois avouer que je ne connais pas mes classiques Embarassed
Merci Aude ! Wink

Desnos, résitant, fut arrêté à peine 6 mois avant la Libération de Paris.
Il est mort après celle du camp de concentration de Terezin où il avait été déporté. Crying or Very sad

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you


Dernière édition par equitus le Jeu 26 Nov - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Desnos   Jeu 26 Nov - 21:15

C'est une déchirure. Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Desnos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Desnos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robert Desnos
» Une voix, une voix qui vient de si loin...
» Robert Desnos au lycée
» Robert Desnos, Corps et biens ("j'ai tant rêvé de toi") remarques sur le poème
» Desnos, "J'ai tant rêvé de toi" : en vers ou en prose?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Patrimoine :: Les Artistes et leurs Oeuvres :: Les Grands Poètes-
Sauter vers: