L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La bataille de Poitiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: La bataille de Poitiers   Ven 20 Avr - 21:36

UNE BATAILLE DEUX VERSIONS

VIIIe siècle. La bataille de Poitiers selon l’Anonyme de Cordoue

Citation :
« Abd-el-Rahman, voyant la terre pleine de la multitude de son armée, franchit les montagnes des Basques et, foulant les cols comme les plaines, s’enfonça en pillant à l’intérieur des terres des Francs ; et déjà, en y pénétrant, il frappe du glaive à tel point qu’Eudes, s’étant préparé au combat de l’autre côté du fleuve appelé Garonne ou Dordogne, est mis en fuite ; Dieu seul connaît le nombre de morts et de mourants. Alors Abd-el-Rhaman en poursuivant le susdit duc Eudes décide d’aller piller l’église de Tours en détruisant sur son chemin les palais et en brûlant les églises. Lorsque le maire du palais d’Austrasie en France intérieure, nommé Charles, homme belliqueux depuis son jeune âge et expert dans l’art militaire, prévenu par Eudes, lui fait front. À ce moment, pendant sept jours, les deux adversaires se harcèlent pour choisir le lieu de la bataille, puis enfin se préparent au combat, mais , pendant qu’ils combattent avec violence, les gens du Nord demeurant à première vue immobiles comme un mur restent serrés les uns contre les autres, telle une zone de froid glacial, et massacrent les Arabes à coups d’épée. Mais lorsque les gens d’Austrasie, supérieurs par la masse de leurs membres et plus ardents par leur main armée de fer, en frappant au cœur, eurent trouvé le roi, ils le tuent ; dès qu’il fait nuit le combat prend fin, et ils élèvent en l’air leurs épées avec mépris. Puis le jour suivant, voyant le camp immense des Arabes, ils s’apprêtent au combat. Tirant l’épée du fourreau, au point du jour, les Européens observent les tentes des arabes rangées en ordre comme les camps de tentes avaient été disposés. Ils ne savent pas qu’elles sont toutes vides ; ils pensent qu’à l’intérieur se trouvent les phalanges de Sarrasins prêtes au combat ; ils envoient des éclaireurs qui découvrirent que les colonnes d’ismaélites s’étaient enfuies. Tous, en silence, pendant la nuit, s’étaient éloignés en ordre strict en direction de leur patrie. Les Européens, cependant, craignent qu’en se cachant le long des sentiers, les Sarrasins ne leur tendent des embuscades. Aussi, quelle surprise lorsqu’ils se retrouvent entre eux après avoir fait vainement le tour du camp. Et comme ces peuples susdits ne se soucient nullement de la poursuite, ayant partagé entre eux les dépouilles et le butin, ils retournent joyeux dans leurs patries. »

VIIIe siècle. La bataille de Poitiers selon le second continuateur de Frédégaire

Citation :
« Comment [Charles] combattit et triompha des Saxons, du duc d’Aquitaine et d’Abdiraman, roi des Sarrasins.[...] L’année écoulée, le roi Charles rassembla son armée innombrable, traversa le Rhin, parcourut le pays des Alamans et des Suèves et poussa jusqu’au Danube ; il le franchit et occupa le pays bulgare. Après avoir soumis cette région, il prit le chemin du retour avec de nombreux trésors, une femme et sa fille nommé Sonnechilde ; pendant ce temps, le chef Eudes ne respectait plus les conventions du traité. L’ayant appris par des messagers, le roi Charles leva une armée, traversa la Loire, mit en fuite Eudes en personne, emporta un grand butin (les ennemis ayant ravagé à deux reprises le pays), revint dans ses terres. Ce qui amena Eudes qui se voyait vaincu et fini à appeler à son secours la nation perfide des Sarrasins contre le roi Charles et le peuple des Francs. Partis avec leur roi Abdiraman, ils traversent la Garonne et parviennent à Bordeaux. Brûlant les églises, exterminant les populations, ils arrivèrent à Poitiers. Ils mirent le feu à la basilique Saint-Hilaire. Quelle douleur de le dire ! et se proposent d’anéantir la demeure du bienheureux Martin. Contre eux, le roi Charles, avec audace, déploie son armée et fond sur eux les armes à la main. Avec l’aide du Christ, il renverse leurs tentes et fond sur eux pour terminer la bataille par un massacre. Il tua leur roi, abattit et écrasa leur armée, lutta et triompha. Cette victoire assura son triomphe sur les ennemis. Par ailleurs, au début de l’année suivante, le roi Charles, brillant homme de guerre, entra par ruse dans le pays des Burgondes. Sa gloire éprouvée, l’habileté de ses guerriers à dompter les nations rebelles et infidèles lui permirent de fixer les frontières de son pays ; la paix conclue, il livra Lyon à ses braves. Il affermit les traités qui fixaient les tributs et revint victorieux et confiant. Sur ces entrefaites, mourut le duc Eudes. À cette nouvelle, le roi Charles, déjà nommé, prit conseil auprès de ses dignitaires, traversa une seconde fois la Loire. Il atteignit la Garonne, gagna Bordeaux où le château de Blaye qu’il occupa ; il conquit cette région soumettant les villes et les contrées voisines du château. Il revint vainqueur avec la paix, grâce à l’aide du Christ roi des rois et seigneur des seigneurs. Ainsi soit-il. »

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: La bataille de Poitiers   Sam 21 Juil - 21:31

Notre nouveau adhérent et compagnon spécialiste du Moyen-Age pense quoi de ces deux versions antagonistes ? Peut-être n'aime-t-il pas le haut Moyen-Age ? Wink

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Ringo



Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 19/07/2007

MessageSujet: Re: La bataille de Poitiers   Sam 21 Juil - 23:50

J'aime bien mais je connais moins ... je me rappelle qu'il y a eu des discussions animées entre historiens pour savoir si cela s'est passé en 732 ou 733 Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://guerre-de-cent-ans.wifeo.com/
The Duke



Nombre de messages : 67
Age : 43
Localisation : Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: La bataille de Poitiers   Jeu 21 Jan - 3:45

Charles Martel s'était assuré le contrôle de l'Austrasie par les victoires de Vincy et de Soissons, en 717 et 719. Il avait aussi soumis les Frisons et les Saxons, protégé les missionnaires en Germanie, c'est donc en toute logique qu'il s'érigea en "rempart" lors de l'incursion berbero-musulmane de 732.

Mais la vraie bataille, si j'ose dire, celle qui a réellement refoulé les combattants de l'islam au-delà des Pyrénées n'est pas Poitiers qui n'est au fond qu'une escarmouche. C'est la bataille de Narbonne qui a eu lieu en 737 et qui en fit un défenseur de la chrétienté.

D'aileurs, en 741, utilisant cette image, il s'apprêtait à venir en aide au pape menacé par les Lombards mais la mort le rattrapa dans l'année.
Revenir en haut Aller en bas
http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bataille de Poitiers   Aujourd'hui à 19:40

Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de Poitiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny
» Sondage bataille d’Eylau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Périodes :: Histoire Médiévale-
Sauter vers: