L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le massacre de la Saint-Barthélemy : Quatre scénarios !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quelle explication emporte votre conviction ?
Le crime d'Etat d'une reine machiavélique
0%
 0% [ 0 ]
Un pustch des Guises
100%
 100% [ 2 ]
Le crime de raison pour éviter le pire
0%
 0% [ 0 ]
Le coup de force d'Henri d'Anjou
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 2
 

AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Le massacre de la Saint-Barthélemy : Quatre scénarios !   Sam 14 Avr - 10:53

Citation :

Depuis le 18 août 1572, Paris est en effervescence. Le mariage entre Henri de Navarre et Marguerite de Valois, fille de Catherine de Médicis et d'Henri II, n'a fait qu'attiser la haine des catholiques les plus extrémistes contre les protestants. Le 22 août, le chef historique des huguenots, l'amiral de Coligny, est visé à l'arquebuse par un tueur, rue des Poulies. L'attentat est manqué, Coligny n'est que blessé. Mais, au matin du dimanche 24 août, des hommes investissent la maison de l'amiral. Son corps est jeté par la fenêtre, son cadavre mutilé et piétiné.

Ce matin-là, le tocsin sonne l'alarme dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois. Il annonce le début d'un déchaînement de fureur homicide. Les catholiques, une croix blanche au chapeau, se livrent jusqu'au 29 août à une véritable tuerie : 2000 à 5000 protestants sont massacrés dans la capitale, des milliers d'autres, ensuite, en province.

Quel rôle a joué Catherine de Médicis dans la prise de décision puis la mise en Œuvre de ces crimes ? On sait qu'elle, ses conseillers italiens, des grands du royaume et le roi Charles IX se sont réunis dans la nuit du 23 au 24 août. Qu'a-t-il été décidé alors ? Faute de sources (l'ordre éventuel donné pour la tuerie n'a laissé aucune trace écrite), l'historien ne peut que formuler des hypothèses.

Le crime d'État d'une reine machiavélique ?

Catherine de Médicis a non seulement ordonné le massacre de
la Saint-Barthélemy, mais elle l'a prémédité depuis des années. Toute sa politique de pacification n'aurait été qu'une feinte, destinée à endormir le parti protestant pour mieux l'abattre. Diffusée depuis le XVIe siècle par des textes polémiques, cette hypothèse est aujourd'hui abandonnée. Mais Catherine n'est pas réhabilitée pour autant :
Janine Garrisson soutient que la reine porte la responsabilité du
premier attentat contre Coligny, le 22 août 1572, et que c'est à la suite de l'échec de cet assassinat et par peur de la vengeance des protestants qu'elle aurait ordonné l'exécution de leurs chefs.

Un putsch des Guise ?
Jean-Louis Bourgeon, dans une tout autre perspective, soutient que les Guise auraient organisé un véritable « coup d'État » contre la politique de concorde monarchique, en s'appuyant sur l'Espagne, sur le militantisme catholique parisien et sur le mécontentement des troupes royales non soldées. Le massacre de la Saint-Barthélemy serait intervenu comma « une Fronde avant la Fronde ».

Le crime de raison pour éviter le pire ?
Un attentat manqué contre Coligny a placé Catherine dans une impasse. Elle ne peut accuser les Guise sans, s'aliéner le
parti catholique, ni attendre sans agir L vengeance des huguenots. C'est donc contre sa volons: qu'elle ordonne de concert avec Charles IX le meurtre des chefs protestants. Afin d'éviter des horreurs pire, encore, et sans avoir imaginé le débordement qui allai- suivre. C'est la thèse développée par Denis Crouzet depuis 1994. Catherine a agi par « nécessité » – c'est ce qui transparaît dans une source inédite étudiée
par l'auteur –, pour limiter la violence quitte à remettre en cause la
politique de concorde qu'elle avait elle-même instaurée.

Le coup de force d'un fils ambitieux ?
A la suite de l'attentat manqué de Coligny, commandité par les Guise et l'Espagne (c'est là aussi la thèse de Jean-Louis Bourgeon), les conseillers italiens Catherine de Médicis auraient préconisé, lors du Conseil royal du 23 août, le meurtre d'une cinquantaine de chef- protestants pour éliminer le danger huguenot. La reine, mère et le roi s'y seraient alors très fermement opposé, Cependant, Henri d'Anjou, l'ambitieux fil de Catherine, présent à cette séance, a pu voir en ce crime d'État un, bonne occasion de s'imposer au gouvernement. Il a
pris contact avec un autre jeune prince en mal de pouvoir. le duc Henri de Guise, et avec les autorités parisiennes.

La Saint-Barthélemy est issue de cette conjonction d'intérêts. Elle s'explique d'autant mieux qu'Henri d'Anjou était alors lieutenant général du royaume et que ses hommes pensaient agir au nom du roi. Dès le lendemain du déclenchement du massacre, Catherine fait condamner ces crimes et a menacé les Guise de justice royale. Mais lorsqu'elle a appris l'implication de son propre fils, elle s'est trouvée liée à l'entreprise. Tout en demandant la fin des massacres, la reine mère en assumé, avec Charles IX, l'initiative.

Cette thèse problématique, qui a déjà circulé auprès des contemporains, se retrouve réactivée aujourd'hui par Thierry Wanegffelen. Le débat, on le voit, est loin d'être clos Joël Cornette pour le magasine l’Histoire


_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.


Dernière édition par le Sam 14 Avr - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Genovefa



Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Le massacre de la Saint-Barthélemy : Quatre scénarios !   Sam 14 Avr - 11:52

Bonjour Wink

J'hésite entre putsch des Guise et le crime de raison pour éviter le pire Rolling Eyes

Je pense que les protestants visés étaient parfaitement ciblés et qu'il y a eu "bavure" de la part des Guise, débordement sanglant.

La reine-mère n'avait rien d'une catholique fanatique, elle avait trop le sens de l'état et voulait sauver ses fils que les protestants menaçaient d'enlever.

L'assassinat pour raison d'état et ensuite cela dérape vilainement à Paris et en province.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le massacre de la Saint-Barthélemy : Quatre scénarios !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le massacre de la Saint Barthélémy
» LA SAINT-BARTHÉLEMY
» Saint Barthélemy Apôtre et commentaire du jour "Comme la pluie et la neige descendent des cieux..."
» Que pense l’Apôtre Saint Barthélemy de la demande de pardon de Ratzi à toutes les religions ?
» 24 août Saint Barthélémy (Nathanaël)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Périodes :: Histoire Renaissance-
Sauter vers: