L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Barry Lindon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin
avatar

Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Barry Lindon   Mar 10 Avr - 14:59


De tous les films de Stanley Kubrick Barry Lindon reste le moins connu. Ce film fut même un échec commercial partout dans le monde, sauf en France.
Il reçu tout de même 4 oscars (décors, photographie, musique, costumes) sur 7 nominations. Cependant, il est aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre absolu du septième art. Barry Lyndon est une sorte de documentaire sur le XVIII° siècle, l’intrigue reste très fidèle au roman de Thackeray et à la civilisation européenne, et particulièrement anglaise, au XVIII°. Kubrick a écrit lui-même le scénario inventa quelques scènes supplémentaires sans trahir le roman. L’histoire peut être résumée ainsi :


Au XVIII° siècle en Irlande un jeune homme de petite noblesse élimine dans un simulacre de duel un capitaine britannique amoureux de sa cousine. Ses cousins, organisateurs de ce piège, oblige le naïf Barry à s'exiler en s'engageant dans l'armée qui se prépare à combattre sur le continent. La première escarmouche est l’occasion pour Barry de prendre conscience des risques encourus.
Il déserte, mais reconnu et fait prisonnier par les prussiens, il se met à leur
service. Sauveur de son commandant il reçoit une nouvelle affectation d’espion pour le compte de la Prusse. Il doit espionner un noble joueur, espion autrichien ou français. Barry trahit de nouveau et se place sous la protection de ce maître espion. Celui-ci l’introduit dans la brillante société européenne où Barry rencontre une très riche et belle veuve qu’il parvient à se faire épouser. De retour en Grande Bretagne l’histoire prends un tour tragique.

Pour Kubrick, "Les films historiques ont ceci de commun avec les films de science-fiction qu'on tente d'y recréer quelque chose qui n'existe pas." L’auteur de 2001 l’Odyssée de l’espace ou d’Orange mécanique recréer donc un monde qui n’existe plus. L'un des aspects les plus soulignés et discutés de Barry Lindon est sans contredit sa richesse visuelle, son extraordinaire achèvement visuel.
Chaque image, chaque scène est digne d'un grand maître de la peinture, tant au niveau des costumes, du jeu et de la posture des acteurs, que des décors et surtout, surtout de l'exceptionnel, inégalé travail sur les couleurs et la lumière. Travail extraordinaire qui coupe le souffle, celui d'un Kubrick obsédé jusqu'aux dernières petites ombres, jusqu'à la moindre fluctuation de la luminosité.

Le film fut tourné dans des décors naturels et l’une des particularités du film reste l’éclairage. John Alcott mis au point une nouvelle caméra avec un objectif à grande ouverture pour n’utiliser que la lumière naturelle ou alors l’éclairage à la bougie pour les scènes d’intérieur. Effet saisissant garanti !

La partie de carte lors de la rencontre entre la riche veuve et Barry ressemble alors à la tableau de Watteau. On a alors l’impression de revivre visiblement le XVIII° siècle…

Le deuxième effet étonnant provient de l’utilisation du commentaire du narrateur. Stanley Kubrick combine deux récits parallèles mais non équivalents :

- Une histoire racontée en images
- Un commentaire parlé et un commentaire musical.

Le commentaire permet d'éviter des dialogues et des scènes d'information, il permet également de préciser les lieux et les dates. A l'occasion , ce commentaire se fera ému, ironique, polémique, résigné, en fonction des scènes. Il arrive parfois que le commentaire soit en concurrence avec le récit en images et même le contredise.

Le dernier effet et pas le moindre provient de la musique. Jamais peut-être avant ce film la musique n’avait joué un tel rôle.
Cette musique change l’ambiance dans laquelle évoluent les personnages. La musique communique plus d’informations ou d’émotions qu’elle illustre l’image :
Sarabande de Haendel, Barbier de Séville de Paisiello, Hohenfriedburger
de Frédéric le Grand, Trio avec piano, Opus 100 de Schubert, Concerto
en ut mineur, BWV 1060 de Bach.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barry Lindon   Mar 10 Avr - 16:02

Il faut vraiment que je me trouve le DVD... Merci, Camille de cette présentation lumineuse sunny
Revenir en haut Aller en bas
 
Barry Lindon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 77 façons d'avoir la pêche sans se casser les dents sur le noyau - Catherine Barry
» Mme du Barry différents portraits par Drouais
» Les dieux s'amusent de Denis Lindon
» Livre de DJAMI BARRY
» L'hôtel particulier de Mme du Barry à Versailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Médiathèque :: Films Historiques-
Sauter vers: