L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les despotes éclairés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

La philosophie des Lumières a t elle réellement changer les régimes de ces princes éclairés
Oui, c'est une progression essentielle
0%
 0% [ 0 ]
Oui, mais les changements furent restreints
0%
 0% [ 0 ]
Non, les princes seuls étaient touchés par ce phénomène
0%
 0% [ 0 ]
Non, c'est juste une caution pour régime tyranique
100%
 100% [ 3 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Les despotes éclairés   Dim 8 Avr - 20:18

Citation :
LES IDÉES POLITIQUES DE FRÉDÉRIC II


"Les citoyens n'ont accordé la prééminence à un de leurs semblables qu'en faveur des services qu'ils attendaient de lui ; ces services consistent à maintenir les lois, à faire exactement observer la justice, à s'opposer de toutes ses forces à la corruption des moeurs, à défendre l'État contre ses ennemis... Les princes, les souverains, les rois ne sont donc pas revêtus de l'autorité suprême pour se plonger impunément dans la débauche et dans le luxe (...).

Le souverain est attaché par des liens indissolubles au corps de l'État ; par conséquent, il ressent par répercussion tous les maux qui affligent ses sujets, et la société souffre également des malheurs qui touchent son souverain. Il n'y a qu'un bien, qui est celui de l'État en général. Si le prince perd ses provinces, il n'est plus en état, comme par le passé, d'assister ses sujets ; si le malheur l'a forcé de contracter des dettes, c'est aux pauvres citoyens à les acquitter ; en revanche, si le peuple est peu nombreux, s'il croupit dans la misère, le souverain est privé de toute ressource. Ce sont des vérités si incontestables qu'il n'est pas besoin d'appuyer davantage là-dessus.

Je le répète donc, le souverain représente l'État ; lui et ses peuples ne forment qu'un corps, qui ne peut être heureux, qu'autant que la concorde les unit. Le prince est à la société qu'il gouverne ce que la tête est au corps ; il doit voir, penser, agir pour toute la communauté, afin de lui procurer tous les avantages dont elle est susceptible.

FRÉDÉRIC II, Essai sur les formes de gouvernement et sur les devoirs des souverains, 1781.
Citation :

La propagande du despotisme soi-disant éclairé en Russie.


Deux extraits d'une lettre que Catherine II a écrit en 1769 à Jean Le Rond d'Alembert (philosophe, écrivain et mathématicien français).


"... Eh bien, monsieur, sachez que ma belle colonie de Saratov [ sur la Volga ] se monte à vingt-sept mille âmes, et qu'en dépit du gazetier de Cologne [ il s'agit de Frédéric II ] elle n'a rien à craindre des incursions des Tartares, Turcs, etc., que chaque canton a des églises de son rite; qu'on y cultive les champs en paix et qu'ils ne payeront aucune charge de trente ans.

(...) Nos charges sont d'ailleurs si modiques qu'il n'y a pas de paysan qui ne mange en Russie une poule quand il lui plaît, et que depuis quelque temps il préfère les dindons aux poules ; que la sortie du blé, permise avec certaines restrictions qui précautionnent contre les abus sans gêner le commerce, ayant fait hausser le prix du blé, accommode si bien le cultivateur que la culture augmente d'année en année; la population est pareillement augmentée d'un dixième dans beaucoup de provinces depuis sept ans. Nous avons la guerre il est vrai, mais il y a bien du temps que la Russie fait ce métier-là et qu'elle sort de chaque guerre plus florissante qu'elle n'y était entrée (...)."


extrait de Olga Wormser, Catherine II, édition Seuil, coll. microcosme "Le temps qui court", Paris, 1962, pp. 59-60

Textes de CLIOHISTOIRE, qui encourage l'analyse et la diffusion de tous leurs sources stockées.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: u   Lun 9 Avr - 14:46

Très rapidement...

J'ai opté pour "Caution pour régime tyrannique"...

Les philosophes des Lumières ont réellement tenté et espéré convaincre les monarques du bien fondé de notions et d'idées, telles que le "progrès", la "raison", dans le but d'éradiquer l' "obscurantisme et ses pièges ; et de pousser à l'instauration de l'enseignement et de la culture des peuples maintenus dans une redoutable ignorance...

Certains souverains s'inspirèrent effectivement de ces "idées", mais malheureusement, au profit du renforcement de la "raison d'Etat"... Donc à leur entier "profit".

Ainsi, les philosophes, à l'exemple, de Voltaire et même Diderot, réalisèrent rapidement la contradiction même de la notion de "despotisme éclairé"..., autoritariste, qui ne peut rejaillir sur l'ensemble de la nation, et par là même, ne peut refléter la pensée des "Lumières", axée vers la liberté démocratique, (pour certains philosophes à l'égal de Rousseau) et l'idée de " bien public"...
Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin


Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: Les despotes éclairés   Lun 9 Avr - 14:54

Aude a écrit:


Certains souverains s'inspirèrent effectivement de ces "idées", mais malheureusement, au profit du renforcement de la "raison d'Etat"... Donc à leur entier "profit".

C'est une très bonne analyse. Effectivement comme le démontre l'exemple de Catherinne de Russie ( qui en cela copie l'oeuvre de Pierre le Grand) il s'agit à travers l'appui des philosophes des Lumières, à créer une illusion du souverain moderne. Celui-ci combat les héritages du passé et veut faire entrer son pays dans la modernité. La modernité signifie un abaissement du pouvoirs des potentats locaux à travers l'affirmation du pouvoir central, en réalité du pouvoir royal.

On installe donc l'image d'un prince juste, voulant améliorer le sort de son peuple et qui doit pour cela lutter contre les grands seigneurs.

Le terme de caution est bien celui qui convient le mieux à cet engouement royal pour la philosophie des Lumières. Chaque pays prétendant faire " sa révolution royale" tout en étant farouchement opposée aux changements structurels dans la société.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les despotes éclairés   Lun 9 Avr - 15:12

Merci à toi, Camille, pour l'intérêt de ton apport, qui complète mes connaissance et m'est ainsi très profitable.
Revenir en haut Aller en bas
Genovefa



Nombre de messages : 1844
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Les despotes éclairés   Lun 9 Avr - 17:47

J'ai aussi voté "caution pour des tyrans".

Je crois qu'il y avait un effet de mode pour les rois de paraitre ouverts aux nouvelles idées... tant qu'elles en sont pas appliquées chez eux.

Je crois me souvenir que Voltaire avait un mauvais souvenir de Frederic. Il en fut très blessé. king
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les despotes éclairés   Aujourd'hui à 0:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Les despotes éclairés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lune : Objets éclairés ou sources lumineuses ?
» Documentaire Chrigu : chronique d'une vie éclairée
» couleur d'un objet éclairé par une lumière
» Le loup garou
» A89

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Périodes :: Histoire Moderne-
Sauter vers: