L'Atelier de l'Histoire

Forum de discussion historique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Desmoulins
Admin
avatar

Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mar 3 Avr - 11:44

Nous pouvons lire de plus en plus souvent une remise en cause de l'enseignement de l'histoire par des passionnés d'histoire. Nous pouvons résumer cette remise en cause par cette injonction : " L'éducation Nationale pratique un enseignement idéologique et incomplet de l'Histoire."
C'est surtout le décalage entre les interprétations du passionné et l'histoire enseignée qui la source de cette remise en cause. MOI J'AI RAISON !

Alors pour les nons intiés voici un exemple de cours : La remise en cause de la monarchie absolue en classe de 4ème ( Première leçon 1 h30 l'Angleterre).

INSTRUCTION OFFICIELLE : La remise en cause de l'absolutisme (3 à 4 heures)
Il s'agit, sans étudier les événements des révolutions anglaises du XVIIe siècle et de la Révolution américaine, de montrer que l'existence de régimes tels que la monarchie limitée en Angleterre et la république américaine et des aspirations politiques liées à la philosophie des Lumières mettent en cause les principes de la monarchie absolue.

D'autres modèles politiques sont ainsi proposés à une société française en crise.
- Cartes : les États européens aux XVIIe et XVIIIe siècles ; économie et populations de l'Europe moderne.
- Repères chronologiques : règne personnel de Louis XIV (1661-1715) ; Déclaration des Droits (1689) ; début de la croissance démographique (milieu du XVIIIe siècle) : l'Encyclopédie(milieu du XVIIIe siècle).
- Documents : préambule de la Déclaration d'indépendance des États-Unis ; extraits de philosophes du XVIIIe siècle (Montesquieu, Voltaire, Rousseau).

En 4e , trois temps forts sont également privilégiés, avec la même perspective: la monarchie absolue en Europe et ses remises en cause, la période révolutionnaire, le XIX e siècle. Comme en 5e , une place particulière est réservée à l'histoire de la France.

Les cartes, les repères chronologiques et les documents sont au centre des programmes et en constituent la trame nécessaire. Les repères chronologiques doivent être mémorisés. Ils ne sont pas de simples dates, et ils seront toujours mis en relation avec des faits de civilisation. Les documents, textes ou ouvres, ne sont pas destinés à simplement illustrer le programme, ils doivent être étudiés en eux-mêmes. Les textes ou extraits de textes seront lus par les élèves, les images identifiées et expliquées. Ainsi les élèves pourront-ils acquérir une véritable culture historique. [...]

La rédaction autonome doit prendre une place privilégiée. En 6e , les élèves ont appris à rédiger des phrases simples ; en 5e et en 4e , on leur apprendra à lier entre elles ces phrases et à élaborer des textes courts mais démonstratifs. En 3e , en effet, ils devront être capables de rédiger des paragraphes argumentés et cohérents. On veillera donc à ce que les contrôles fassent une large place à la rédaction autonome. [...]
La remise en cause de la monarchie absolue

Comment de nouveaux modèles politiques mettent en cause les principes de la monarchie absolue ?

I La monarchie limitée en Angleterre p 50, 51
Comment le parlement limite-t-il les pouvoirs du Roi ?
A Monarchie parlementaire ou monarchie absolue ?

"Les rois sont justement appelés dieux, car ils exercent une ressemblance de la puissance divine. Car si vous considérez les attributs de Dieu, vous verrez comme ils se trouvent dans la personne d'un roi (...). De même qu'il est impie et sacrilège de porter un jugement sur les actes de Dieu, de même il est téméraire et inconvenant pour un sujet de critiquer les mesures prises par le roi."
Discours de Jacques Ier roi d’Angleterre devant le Parlement


A qui se compare Jacques Ier ? Comment appelle-t-on la monarchie voulue par ce Roi ?

Rédaction des élèves

En 1589, pendant le règne d'Elisabeth Ier, un parlementaire, Sir Thomas Smith, rappelle le rôle éminent du Parlement.

"Le pouvoir suprême et absolu, dans le royaume d'Angleterre, réside dans le Parlement. Le Parlement abroge les lois anciennes, il en fait de nouvelles, ordonne ce qu'il faut garder du passé et de ce qui vient après, modifie les droits et la propriété individuels, légitime les bâtards, établit les formes de la religion, condamne ou absout ceux que le Prince a mis en accusation; en bref, tout ce que le peuple romain pouvait faire, le parlement d'Angleterre peut le faire, car il représente et détient la puissance de tout le royaume."

Qu’est-ce qu’un parlementaire ? Pourquoi peut-on dire que le pouvoir du Roi est limité ?
Rédaction des élèves

L’Angleterre est depuis le moyen âge une monarchie parlementaire. Le parlement élu par les plus riches vote les impôts royaux. Mais la dynastie des Stuart (1603-1688) essaye de mettre en place une monarchie absolue. Une guerre civile éclate en 1642. Le roi est vaincu en 1645 et décapité en 1649. La monarchie est momentanément abolie par le parlement, qui met en place une république, jusqu’en 1660.

B Une monarchie Constitutionnelle

HABEAS CORPUS
Ne pas être « oublié» en prison un droit. «Qu’il soit proclamé que chaque fois que quelqu’un présentera une attestation écrite d’habeas corpus à l’un des officiers des prisons ou au sheriff, pour une personne se trouvant en détention préventive, l’offi­cier ou le shériff devra, en vertu de la loi, libérer ce prisonnier dans les trois jours, après le paiement ou la promesse de paiement de la caution dont le montant aura été fixé par le juge qui aura délivré l’habeas cor­pus. »Quelle
est la nature de ce document ?
Quelles limites sont imposées au roi ? Qui peut adresser une demande d’Habeas Corpus ?

Rédaction des élèves
Les Lords spirituels et temporels et la Chambre des Communes aujourd'hui assemblés à Westminster (...) en pré­sence de Leurs Majestés, Guillaume et Marie, prince et prin­cesse d'Orange, déclarent, pour assurer leurs anciens droits et libertés.

Que le prétendu pouvoir royal de suspendre les lois ou leur exécution sans le consentement du Parlement est illégal.
Que toute levée d'argent pour la couronne qui ne serait pas accordée par le Parlement est interdit.
Que c'est un droit des sujets de présenter des pétitions au roi. Tout emprisonnement ou poursuite en raison de ces péti­tions est illégal.

Que la levée et l'entretien d'une armée dans le royaume, en temps de paix, sans le consentement du Parlement est illé­gal.
Que les élections des membres du Parlement doivent être libres.
Que la liberté de parole, de débat au Parlement ne peut être
entravée.
Que pour corriger, fortifier les lois et les maintenir, le Parlement devra être réuni fréquemment.
Déclaration des droits (extraits) Angleterre 1689.



Quel nom porte l’assemblée Constituée par les Lords et les Communes ? Quels abus royaux sont dénoncés ? Quels sont les pouvoirs reconnus au Parlement ?


Rédaction des élèves

Le parlement impose au nouveau roi une déclaration des droits en 1689 qui limite considérablement ses pouvoirs. Le parlement détient l pouvoir législatif, et le roi le pouvoir exécutif. L’Angleterre devient unmonarchie constitutionnelle, mais ce n’est pas encore une démocratie.

A l'aide de la page 51, Schématiser le système politique anglais après la Déclaration des droits.

_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mar 3 Avr - 13:27

Très intéressant de pouvoir suivre les programmes d'Histoire.

Malheureusement, et trop souvent, ils ne sont pas terminés, en fin d'année. C'est regrettable... Je l'ai constaté une fois de plus, en suivant la scolarité de mon fils... D'où l'importance des suggestions de lecture...
Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Dim 30 Mai - 16:54

Les programmes sont-ils fait pour être bouclés ?

Un prof de lettres devenu inspecteur tient ce langage, très intéressant en lui-même, et sans doute iconoclaste :


"Avouons, (...)nous sommes tous un peu hypocrites, les profs et l'administration. Comme l'écrit Rger Fauroux, tout le monde sait parfaitement bien qu'on ne les termine jamais ou alors à marche forcée sans tenir compte des élèves (tant pis pour ceux qui ne suivent pas !) Je suis un bon prof, moi monsieur l'inspecteur, je fais le programme.

Trop souvent le programme est considéré comme une somme de connaissances à découper en petit morceaux, en rondelles, en heures et qu'il faut aborder coûte que coûte, pour avoir bonne conscience, devant les élèves qui ont parfois complètement décroché. C'est stupide et loufoque. Que reste-t-il de tout ce savoir ?

(...)

Je ne nie pas la lourdeur des programmes (surtout en histoire-géographie), ils sont souvent démentiels par rapport au nombre d'heures : toujours cette obsession de l'encyclopédisme de l'enseignement en France ! "


Là, l'auteur cite Claude Allègre, qui n'a pas dit que des conneries durant son passage au ministère !


:" La somme des connaissances à ingurgiter est telle que l'élève ne peut y arriver. Il renonce à comprendre. Au mieux, ll apprend sans maîtriser. Les élèves actuellement, ne maîtrisent pas les programmes. Ils ont des manuels énormes qu'ils n'ont pas le temps d'étudier".

L'auteur poursuit :

"Dites-vous bien que le programme n'est pas une fin en soi (...), c'est un moyen de développer des compétences (...)

il faudrait enfin accepter que dans notre enseignement, ce ne soit pas le programme qui prime, mais l'élève. Il reste encore beaucoup de monde à convaincre. Ne dit-on pas dans les textes officiels comme un leitmotiv, qu'il doit être au centre du système ?

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin
avatar

Nombre de messages : 2408
Age : 40
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Dim 30 Mai - 17:28

Cela rejoint tout a fait l'évolution du système sanitaire et social!
La structure ne doit plus être au coeur du système, mais le résident/patient. Ce qui semble logique, mais n'est pas simple à appliquer.
J'imagine qu'il en est de même dans l'Education Nationale...

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Dim 30 Mai - 18:35

La parole est donc maintenant à un praticien : Camille ! Wink

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Estelle
Admin
avatar

Nombre de messages : 2408
Age : 40
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mar 1 Juin - 22:05

François peut aussi se sentir concerné!

_________________
Notre étoile est en nous, et de nous il dépend qu'elle soit bonne ou mauvaise.Charles Baudoin

Revenir en haut Aller en bas
françois

avatar

Nombre de messages : 34
Age : 49
Localisation : limoges
Date d'inscription : 04/05/2010

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mer 2 Juin - 9:35

Ben c'est pas si grâve de pas terminer tout à fait le programme ou de le terminer "à l'arrache", c'est une sorte de figure imposée chaque année; on peut considérer que de toutes façons, quelle que soit la taille du programme, les collégues, et je m'inclus dans le lot, se débrouillent souvent pour étre à la bourre, même en ayant construit soigneusement leur "progression pédagogique" en début d'année; il est si tentant d'approfondir une partie du programme qu'on aime particuliérement, et puis il y a les inpondérables, comme les gréves (celles des élèves qui peuvent durer des semaines, pas celles des profs bien sùr qui sont anecdotiques et légitimes Laughing ), ou les maladies, sans parler des projets divers, toujours terriblement chronophages;
Je me fait un peu l'avocat du diable ici, conscient que de tels propos en salle des professeurs m'exposeraient à une probable crucifixion de la part des collégues syndicalistes ! Cela dit, ma modeste expérience, y compris de correcteur bac, m'a montré qu'il y avait un décalage affolant entre les exigences théoriques des programmes et le rendu final sur les copies, cela peut étre déstabilisant notamment pour un jeune enseignant, il faut apprendre à faire la part des choses et à ne pas se croire responsable de cet écart; il y a là une hypocrisie certaine de la part du corps d'inspection notamment à feindre d'ignorer ou de tenir pour négligable l'importance de ce fossé entre les capacités des élèves et le niveau des exigences; sachant cependant que la réalité reprend ses droits au moment de l'évaluation finale à l'examen : j'ai vécu ainsi des réunions "d'harmonisation" lors de la correction du bac assez surréalistes, où un inspecteur délivre un discours alambiqué pour faire comprendre aux examinateurs qu'il va falloir "assouplir" l'évaluation afin d'arriver à une moyenne "normale", autour de 10 par exemple; toute l'habileté du discours résidant dans le fait qu'il doit faire passer le message sans toutefois remettre en cause ses précédents discours "d'exigence"...
"L'élève au centre du systéme" : la formule qui hérisse le poil ou fait ricaner tellement de collégues; encore un concept à priori empreint de bon sens et incontestable, mais si déconnecté de la réalité, galvaudé et finalement générateur de dysfonctionnements; évidemment que l'école n'est pas faite pour assurer prioritairement le bien étre des enseignants, mais attention à la démagogie; le risque est par exemple de perdre de vue la nécessité de l'effort dans l'apprentissage, car les méthodes pédagogiques les plus novatrices ne sauraient remplacer le travail personnel; je lis par ailleurs ce matin dans la presse une info à méditer : une "fuite" du Ministére selon laquelle une piste pour réaliser des économies dans le budget du "Mammouth" consisterait à ... augmenter le nombre d'élèves par classes : l'élève plus vraiment au centre du systéme, plutôt au milieu de sa classe de 35...
Revenir en haut Aller en bas
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mer 28 Juil - 12:11

Camille Desmoulins a écrit:
Nous pouvons lire de plus en plus souvent une remise en cause de l'enseignement de l'histoire par des passionnés d'histoire. Nous pouvons résumer cette remise en cause par cette injonction : " L'éducation Nationale pratique un enseignement idéologique et incomplet de l'Histoire."
C'est surtout le décalage entre les interprétations du passionné et l'histoire enseignée qui la source de cette remise en cause. MOI J'AI RAISON !

Alors pour les nons intiés voici un exemple de cours : La remise en cause de la monarchie absolue en classe de 4ème ( Première leçon 1 h30 l'Angleterre).

INSTRUCTION OFFICIELLE : La remise en cause de l'absolutisme (3 à 4 heures)
Il s'agit, sans étudier les événements des révolutions anglaises du XVIIe siècle et de la Révolution américaine, de montrer que l'existence de régimes tels que la monarchie limitée en Angleterre et la république américaine et des aspirations politiques liées à la philosophie des Lumières mettent en cause les principes de la monarchie absolue.

D'autres modèles politiques sont ainsi proposés à une société française en crise.
- Cartes : les États européens aux XVIIe et XVIIIe siècles ; économie et populations de l'Europe moderne.
- Repères chronologiques : règne personnel de Louis XIV (1661-1715) ; Déclaration des Droits (1689) ; début de la croissance démographique (milieu du XVIIIe siècle) : l'Encyclopédie(milieu du XVIIIe siècle).
- Documents : préambule de la Déclaration d'indépendance des États-Unis ; extraits de philosophes du XVIIIe siècle (Montesquieu, Voltaire, Rousseau).

En 4e , trois temps forts sont également privilégiés, avec la même perspective: la monarchie absolue en Europe et ses remises en cause, la période révolutionnaire, le XIX e siècle. Comme en 5e , une place particulière est réservée à l'histoire de la France.

Les cartes, les repères chronologiques et les documents sont au centre des programmes et en constituent la trame nécessaire. Les repères chronologiques doivent être mémorisés. Ils ne sont pas de simples dates, et ils seront toujours mis en relation avec des faits de civilisation. Les documents, textes ou ouvres, ne sont pas destinés à simplement illustrer le programme, ils doivent être étudiés en eux-mêmes. Les textes ou extraits de textes seront lus par les élèves, les images identifiées et expliquées. Ainsi les élèves pourront-ils acquérir une véritable culture historique. [...]

La rédaction autonome doit prendre une place privilégiée. En 6e , les élèves ont appris à rédiger des phrases simples ; en 5e et en 4e , on leur apprendra à lier entre elles ces phrases et à élaborer des textes courts mais démonstratifs. En 3e , en effet, ils devront être capables de rédiger des paragraphes argumentés et cohérents. On veillera donc à ce que les contrôles fassent une large place à la rédaction autonome. [...]
La remise en cause de la monarchie absolue

Comment de nouveaux modèles politiques mettent en cause les principes de la monarchie absolue ?

I La monarchie limitée en Angleterre p 50, 51
Comment le parlement limite-t-il les pouvoirs du Roi ?
A Monarchie parlementaire ou monarchie absolue ?

"Les rois sont justement appelés dieux, car ils exercent une ressemblance de la puissance divine. Car si vous considérez les attributs de Dieu, vous verrez comme ils se trouvent dans la personne d'un roi (...). De même qu'il est impie et sacrilège de porter un jugement sur les actes de Dieu, de même il est téméraire et inconvenant pour un sujet de critiquer les mesures prises par le roi."
Discours de Jacques Ier roi d’Angleterre devant le Parlement


A qui se compare Jacques Ier ? Comment appelle-t-on la monarchie voulue par ce Roi ?

Rédaction des élèves

En 1589, pendant le règne d'Elisabeth Ier, un parlementaire, Sir Thomas Smith, rappelle le rôle éminent du Parlement.

"Le pouvoir suprême et absolu, dans le royaume d'Angleterre, réside dans le Parlement. Le Parlement abroge les lois anciennes, il en fait de nouvelles, ordonne ce qu'il faut garder du passé et de ce qui vient après, modifie les droits et la propriété individuels, légitime les bâtards, établit les formes de la religion, condamne ou absout ceux que le Prince a mis en accusation; en bref, tout ce que le peuple romain pouvait faire, le parlement d'Angleterre peut le faire, car il représente et détient la puissance de tout le royaume."

Qu’est-ce qu’un parlementaire ? Pourquoi peut-on dire que le pouvoir du Roi est limité ?
Rédaction des élèves

L’Angleterre est depuis le moyen âge une monarchie parlementaire. Le parlement élu par les plus riches vote les impôts royaux. Mais la dynastie des Stuart (1603-1688) essaye de mettre en place une monarchie absolue. Une guerre civile éclate en 1642. Le roi est vaincu en 1645 et décapité en 1649. La monarchie est momentanément abolie par le parlement, qui met en place une république, jusqu’en 1660.

B Une monarchie Constitutionnelle

HABEAS CORPUS
Ne pas être « oublié» en prison un droit. «Qu’il soit proclamé que chaque fois que quelqu’un présentera une attestation écrite d’habeas corpus à l’un des officiers des prisons ou au sheriff, pour une personne se trouvant en détention préventive, l’offi­cier ou le shériff devra, en vertu de la loi, libérer ce prisonnier dans les trois jours, après le paiement ou la promesse de paiement de la caution dont le montant aura été fixé par le juge qui aura délivré l’habeas cor­pus. »Quelle
est la nature de ce document ?
Quelles limites sont imposées au roi ? Qui peut adresser une demande d’Habeas Corpus ?

Rédaction des élèves
Les Lords spirituels et temporels et la Chambre des Communes aujourd'hui assemblés à Westminster (...) en pré­sence de Leurs Majestés, Guillaume et Marie, prince et prin­cesse d'Orange, déclarent, pour assurer leurs anciens droits et libertés.

Que le prétendu pouvoir royal de suspendre les lois ou leur exécution sans le consentement du Parlement est illégal.
Que toute levée d'argent pour la couronne qui ne serait pas accordée par le Parlement est interdit.
Que c'est un droit des sujets de présenter des pétitions au roi. Tout emprisonnement ou poursuite en raison de ces péti­tions est illégal.

Que la levée et l'entretien d'une armée dans le royaume, en temps de paix, sans le consentement du Parlement est illé­gal.
Que les élections des membres du Parlement doivent être libres.
Que la liberté de parole, de débat au Parlement ne peut être
entravée.
Que pour corriger, fortifier les lois et les maintenir, le Parlement devra être réuni fréquemment.
Déclaration des droits (extraits) Angleterre 1689.



Quel nom porte l’assemblée Constituée par les Lords et les Communes ? Quels abus royaux sont dénoncés ? Quels sont les pouvoirs reconnus au Parlement ?


Rédaction des élèves

Le parlement impose au nouveau roi une déclaration des droits en 1689 qui limite considérablement ses pouvoirs. Le parlement détient l pouvoir législatif, et le roi le pouvoir exécutif. L’Angleterre devient unmonarchie constitutionnelle, mais ce n’est pas encore une démocratie.


A l'aide de la page 51, Schématiser le système politique anglais après la Déclaration des droits.


Ce qui m'intéresse, c'est de savoir si ce type de questionnement pourrait se prêter à un travail de groupe (binômes) et, après correction en groupe classe, des développements sous forme de recherches en CDI, web etc...que le prof noterait ensuite.
Je parle pour les classes de 3è... Wink

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Camille Desmoulins
Admin
avatar

Nombre de messages : 5040
Date d'inscription : 23/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mer 28 Juil - 13:13

Ben oui. Mais attention à ne pas exagérer le nombre de correction par le professeur ! Parce que des mauvaises habitudes dans ce domaine peuvent engendrer beaucoup de problèmes !

Grosso modo, entre évaluation sommative, exercices écrits et oraux en classe ou à la maison et la note d'oral trimestrielle tu ne dépasseras jamais les 10 notes pour un période ! (Trés souvent tu obtiens 5 à 6 notes, pas plus !)

C'est pour cela que les travaux de groupe sont intéressants. Certains notes sur 5 ce type d'exercices et donc le réalise 4 fois dans le trimestre. Noter sur 5, c'est parfois pas évident.

Dans ce domaine, il faut tout essayer ! J'ai même essayer les QCM ! Marrant à faire ! Mais ils font baisser la moyenne ! Laughing


Pour les troisièmes, c'est un peu différent ! Ils doivent comprendre dès le début de l'année la notion de paragraphe argumenté ! Certains élèves (80%) n'ont jamais vu ou fait un paragraphe de ce type avant la troisième ! Donc là, le premier trimestre et surtout les premiers chapitres doivent donner lieu à la construction progressive du paragraphe !


_________________
La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis, la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.
Maximilien Robespierre.
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdelhistoire.frbb.net
stef
Roi du contre-pied
Roi du contre-pied
avatar

Nombre de messages : 1668
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   Mer 17 Nov - 21:47

Paragraphe argumenté en première bac pro..c'est une découverte ! Laughing z'ont jamais vu ça apparemment !
Et les pauvres petits stagiaires d'essayer de faire comprendre ça !
Maintenant, faut voir les barèmes de notation au bac ...tellement loin dans le repêch que ça étonne presque qu'il n'y ait "que" 80% de bacheliers...

_________________
Ver de terre amoureux d'une étoile... I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enseignement de l'Histoire, exemple de cours 4ème
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'évolution de l'enseignement de l'histoire
» [Histoire-géo] Programmation 4ème
» cours d'histoire de l'antiquité
» Mise à disposition d'un exemple de cours.
» [Histoire-géo] Cours 6e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier de l'Histoire :: Méthode et enseignement :: L'enseignement de l'Histoire-
Sauter vers: